Les flash sous-marin: l’élément essentiel pour la photo de plongée

Avant tout, un petit rappel sur le flash sous marin:

En photo, tout est une question de lumière et de point de vue.

Or, en plongée sous marine plus au descend, moins il y a de lumière !

Les photos deviennent de plus en plus ternes, avec une forte dominante bleue, sans couleur vives ni contraste.

Pourquoi rencontre-t-on ce phénomène?

« La colonne d’eau agit comme un filtre. Plus cette colonne est grande, moins on a de lumière, et donc de couleurs. Les rouges disparaissent dès 5 mètres de profondeur, puis les jaunes, etc. »

 Ci-dessous un schéma de perte des couleurs liée la profondeur.

flash en photo sous marine et en plongée-technique photo sous marine-Déperdition_lumière.png

Comment booster ses photos sous marine?

Pour redonner de la couleur et du contraste à une photo de plongée, il est capital d’apporter de la lumière artificielle. C’est le rôle d’un flash sous marin!

Attention: sur les forums, je lis souvent des personnes souhaitant utiliser une lampe en guise de flash. Les phares et lampes, aussi puissantes soient ils, ne remplaceront jamais un flash.

 

Quel flash sous marin choisir, et à quels critères se fier ?

Underwater_strobe.jpeg

La gamme des flashs sous-marins est relativement restreinte. Certains critères sont à prendre en compte dans votre décision finale:

Le nombre guide du flash sous marin (« NG ») :

Il s’agit de la portée maximale d’un flash (NG). Elle se calcule, et est le produit de l’ouverture de l’objectif associée à la distance à laquelle un objet gris neutre est correctement exposé.

NG = d x F

Par exemple, un flash sous marin à 100% de sa puissance exposera correctement un sujet qui se trouve à 1 m de distance, à ouverture f22.

Le nombre guide NG du flash est donc de 22. Mais cette valeur varie aussi suivant la longueur focale utilisée.

« Généralement, cette valeur est donnée sur terre. Dans l’eau, le nombre guide est forcément différent. »

Donc plus  le Nombre Guide d’un flash est élevé, plus vous serez en mesure d’éclairer un sujet lointain ou avec une petite ouverture.

C’est notamment très utile en photo d’ambiance et/ou sur des contre jours.

En revanche, pour la photo macro en plongée sous marine, le Nombre Guide est moins important car vous ne serez jamais à 100% de la puissance du flash.

 

L’angle du faisceau d’un flash sous marin

Cet angle varie selon les modèles.

Un angle ouvert sera plus appréciable en photo d’ambiance, et variera selon les modèles de 90° à 120 °.

Beaucoup de fabricants ajoutent des diffuseurs pour élargir l’angle. Notez que l’utilisation de diffuseur baisse la puissance du flash. E,n contrepartie il rend aussi la lumière plus « douce ».

 

Le temps de recyclage du flash sous marin

Très important !

Un flash qui met beaucoup de temps à se recycler vous fera perdre un grand nombre de photos.

Le temps de recyclage varie en fonction de la puissance de l’éclair.

Si bien qu’a 100% de la puissance du flash, certains peuvent prendre plusieurs secondes à se recycler.

Il faut donc anticiper ce phénomène et déclencher au bon moment:

  • Trop tôt, vous vous en mordrez les doigts
  • Trop tard aussi d’ailleurs.

 

La température de couleur du flash du sous-marin

Chaque flash possède sa propre température de couleur.

flash sous marin- technique photo sous marine-La température de couleur du flash

Comme on peut le voir sur le graphique ci-dessus, la température  la plus proche du blanc (neutre) se trouve aux alentours de 6000° kelvin.

En dessous, les couleurs sont dites « chaudes ».

Au dessus elles sont « froides ».

La plupart des flashs possèdent une température de couleur avoisinant les 5000° Kelvin.

La couleur intrinsèque de votre flash influence grandement le rendu de vos photos.

Il est cependant possible de modifier ce rendu en jouant sur la balance des blancs de votre appareil.

 

La connectique du flash sous-marin

flash sous marin- technique photo sous marine-Connectique_flash_sous-marin.jpg

Un autre point très capital dans votre décision d’achat d’un flash sous marin.

Il en existe deux types :

  • Optique
  • Filaire.

Les flashs à déclenchement optique ne peuvent pas être utilisés avec des boîtiers n’ayant pas de flash intégré.

La connectique filaire comporte deux types : S5 et S6 (S6 étant une connectique de haute qualité pour le direct TTL des appareils  Canon)

 

Le TTL ?

TTL veut dire « through the lens » , comprenez « au travers de l’objectif ».

C’est donc une mesure d’exposition faites par l’appareil qui va déterminer la puissance des flashs sous marins. Plus simplement, c’est le mode automatique des flashs.

Chez Inon on parle de « sTTL » pour Sync TTL.

Le flash reconnaît la puissance émise par le flash interne de l’appareil photo via la fibre optique. Il va donc envoyer la meme puissance pour etre « syncro » avec l’appareil.

Les boîtiers hauts de gamme ne possèdent pas de flash interne:La connexion est donc filaire.

Le TTL est possible, mais seulement avec une connexion S6.

« Très peu de fabricant de flash propose un vrai TTL. »

 

Le E-TTL (Evaluative TTL)

Il s’agit de la mesure évaluative au travers de l’objectif. la mesure est couplée aux collimateurs, le flash envoie un pré éclair, la cellule analyse la lumière et dose la puissance du flash au moment du déclenchement.

 

Le E-TTL2

C’est la même chose avec en plus la transmission de la distance de PDV (avec les optiques récentes) de l’objectif au flash pour affiner encore plus la mesure et le dosage de lumière.

 

Le Positionnement des flashs sous marins

Extrêmement important en photo et encore plus en photo sous-marine, l’orientation des flashs est un critère déterminant dans la réussite d’une photo.

 

Utiliser un ou deux flashs ?

« Assurément il vous faudra deux flashs. »

Souvent on débute avec un flash.  On constate alors rapidement des soucis d’ombres portées.

La seule solution pour éviter ces ombres avec un seul flash sous marin consiste à le placer au-dessus de l’appareil, dans l’axe de l’objectif.

« C’est une très mauvaise position et je vais vous expliquer pourquoi. »

Votre photo sera souvent :

  1. couverte de particules
  2. occupée par des ombres portées sont disgracieuses
  3. déformée par un éclairage peu homogène.

 

Pour conclure sur la question du flash sous marin

Vous l’aurez compris, un flash sous marin fait partie du matériel obligatoire pour un photographe sous marin.

Idéalement, il vous en faudra même deux si vous souhaitez pousser votre technique et obtenir de magnifiques photos sous marine

Penchez-vous sur les points soulevés dans cet article car mieux vaut se poser les bonnes questions tout de suite.

Cela vous permettra de choisir le flash sous marin le plus adapté à votre cas de figure, et d’éviter les désillusions et, une fois l’aspect technique maîtrisé, de vous concentrer sur l’aspect créatif de vos photos.